"Quand un repas devient l'expérience d'un espace/temps singulier"

Un Repas in situ est un moment d'art qui se compose dans l'entre-gens, entre des personnalités. Une architecture silencieuse et organique émerge, se façonne dans la plasticité de chaque situation, crée une aire subjective à la géométrie relationnelle éphémère et fugace. Dans l'infinité des possibles, un champ spatial aux propriétés non euclidiennes se dessine en direct autour des convives, chacun se sent devenir le plan  projectif de l'autre, se noue finement, dans une troublante étrangeté, à des inconnus à la fois proches et éloignés. Le réel se révèle n'être que la singularité de nos états, le sujet devient conscient d'un moment spatial qui déjà s'échappe, mais là, le lieu de l’œuvre se dessine et se spatialise in situ à même la mémoire de chacun ; chaque souvenir alors subrepticement devient le dépositaire de l'oeuvre elle-même .

Concept : Le repas in situ est un dîner performatif, partagé par 12 convives qui ne se connaissent pas, autour d’un sujet et dans un lieu atypique. Les invités sont choisis pour leurs centres d'intérêts, de manière à représenter les multiples aspects d’un thème ou d'une question afin d'interagir avec le lieu, les œuvres, l'artiste exposant et l’hôte qui accueille le repas. Le but étant de voir comment le sujet et le lieu du repas vont jouer entre les convives jusqu'à créer un moment d'art in situ, sachant que le lieu où se déroule l'in situ, est le souvenir-même des invités.

Genèse : Les repas in situ ont commencé en 2012 lorsque Noémie Goldberg organisait des repas chez elle -puis dans l'espace d'exposition de la MAAC. Dans le même temps, consciente que les vernissages sont les seuls endroits où il est possible pour les artistes plasticiens de rencontrer des gens intéressants et pertinents liés à leurs centres d'intérêt, Noémie sent qu'il faut créer de nouveaux espaces de dialogue. S'impose alors le désir d'initier de la rencontre qui soit fondamentale. Issu de son imaginaire artistique, elle décide de créer cet instant fragile, puzzle délicat, presque numéro d’équilibriste pour réunir des personnalités aux intérêts communs le temps d’un repas simple et créer entre eux une rencontre fondamentale, essentielle et artistique.

Lieu : Le lieu du repas va déterminer toute la spatialité de ce moment performatif. Choisi pour sa capacité à créer un lien entre le lieu et les convives, ce ne sera donc pas, ou très exceptionnellement, l’endroit traditionnellement prévu pour manger, mais plutôt un lieu qui va permettre un rapport fort entre l'environnement et la tablée. Ces repas sont des performances artistiques in situ, par conséquent tous les types de lieux sont possibles : galerie, musée, maison de particulier, atelier, péniche, laboratoire, dans un espace vide, dans l'atelier, dans le jardin,... et tous les cas de figure sont envisageables: pendant une exposition, durant une résidence, en cours de démontage, sans exposition,...

 

Thème : Choisi en fonction de ce qui fait sens pour le lieu et l'hôte, un thème sous-tend tout le repas sans nécessairement devenir un sujet de conversation. Il peut être très précis, mélanger plusieurs notions ou être très large, déterminé par l’environnement, l’exposition, le lieu, l’hôte,...


Les invités : Ils sont les couleurs du repas. Ce sont des gens intenses et passionnants, aux individualités complexes, choisis  pour leur affinité avec le thème du repas. Il s’agira de 10 à 13 convives qui pour la plupart ne se connaissent pas. Ce petit nombre permet des discussions et des échanges avec du réel contenu, tous ensemble ou en aparté.
 

Le menu : Goûteux tout en étant simple et facile à manger, le repas est préparé par avance avec beaucoup d'attention et d'intention.